Un étudiant au parcours intéressant.

Romain, peux-tu nous résumer ton parcours depuis le lycée ?

Suite à l'obtention de mon bac S avec mention assez bien en 2007, je me suis lancé dans une année de médecine à l'université de Lille 2, mais la compétition, la pression et la masse imposante de travail a fini par avoir raison de moi. Je n'ai pas trouvé le courage de me lancer dans une seconde année. Cette expérience ne fût néanmoins pas vaine car elle me permit de découvrir pas mal de métiers dans le domaine du médical. C'est ainsi que, passionné de physique, je me suis lancé dans un DTS (ndlr : l'équivalent d'un BTS, mais en 3 ans) d'imagerie médicale au lycée de l'Escaut, à Valenciennes, ce qui m'a permit de devenir manipulateur radio. On en manque cruellement en France, c'était donc un métier assuré à la sortie de ces études. Mais j'ai ensuite réalisé que ces études étaient sans prétention et je me suis dirigé vers une licence en physique afin de rejoindre un domaine de physique médicale plus poussé. Je suis actuellement en première année, et même si je suis avec des gens un peu plus jeunes que moi qui me surnomment "Papa" (rires), je ne regrette pas ma décision.

Où logeais-tu durant tes précédentes études et où loges-tu maintenant ?

Durant mon année de médecine, mes parents m'ont payé un appartement afin de me donner les mêmes chances qu'à ma soeur. Afin de trouver l'appartement et le loyer qui me convenaient le mieux, je suis passé par pas moins de trois agences différentes. Il faut vraiment tout faire pour trouver un appartement qui nous convient, car dans le cas contraire, travailler devient vraiment difficile… Même si je sais que la plupart des gens font avec ce qu'ils arrivent à trouver, car non, on ne trouve pas toujours l'appartement de ses rêves. Le fait d'avoir raté la médecine a convaincu mes parents de ne plus me financer l'appartement. Je vis donc chez mes eux depuis.

Comment fais-tu pour gérer tes dépenses personnelles ?

Je travaille durant les vacances en tant que manipulateur radio à l'hôpital de Cambrais, hôpital où j'ai effectué pas mal de stages durant mon DTS. J'ai conclu un marché avec mes parents, ils me payent l'essence et je paye le reste.

Si j'ai interrogé cet étudiant, c'est afin de vous montrer que l'on n'est jamais "bloqué" dans une voie, il faut savoir si le besoin se fait ressentir, avoir le courage de modifier son parcours, quitte à repartir "de zéro".