Christophe, suveillant de lycée



Ci-dessus, la cours du lycée Marie Madeleine Fourcade

"J'ai commencé par m'inscrire sur le site Internet de l'Académie Aix-Marseille en communiquant son état civil, le ou les types d'établissements dans lesquels on veut travailler ainsi que le type de contrat recherché (mi-temps ou plein temps). Il faut ensuite communiquer un CV et une lettre de motivation à l'établissement. Être titulaire du BAFA peut fortement jouer en faveur des candidats donc il faut le mentionner dans votre fiche d'inscription.

Candidature

Le poste de surveillant d'établissement scolaire est très accessible. Aucune compétence précise n'est requise, il faut juste de la motivation et du sérieux. L'équipe administrative était intéressée par ma candidature car j'avais des compétences dans le domaine du théâtre et j'étais en mesure d'animer le club du lycée.

Tâches

Tous les jours, un tableau récapitulait nos tâches pour la journée. En tant que "agent polyvalent", on peut effectuer toutes sortes de tâches. Les pions surveillent les élèves lors des pauses du matin et de l'après-midi et de la pause de midi dans le réfectoire, se chargent des retenues, des retards et des avertissements. A 7 heures 40 le matin, je me postais à l'entrée du lycée et je contrôlais les carnets de correspondance. Les surveillants se chargent aussi des sorties pédagogiques et partent en sortie ou en voyage avec les élèves.

Etudes

J'ai commencé mon travail en contrat mi-temps en choisissant mes horaires en fonction de mes études ce qui est très avantageux. Durant les vacances, les surveillants ne travaillent pas et peuvent donc partir en vacances ou rester chez eux pour étudier. Lorsque je devais me rendre à un examen ou que j'étais victime d'un imprévu, je m'arrangeais avec un collègue afin qu'il me remplacer. Tous les surveillants qui suivent des études ne peuvent pas être présent les jours des examens mais ce n'est pas un soucis : la plupart des surveillants travaillent à plein temps. Il y a toujours du personnel pour encadrer les lycéens. Durant les horaires de permanence, je révisais mes cours en surveillant les élèves. L'académie accorde un jour de révision payée par an lors de la période de révisions des examens.

Jeunesse

Passer ses journées aux côtés des jeunes est plaisant. On les aide à faire leur devoir et on fait l'intermédiaire entre eux et les professeurs lorsque quelque chose ne va pas. Il existe une véritable relation de proximité entre les surveillants et les lycéens. Ils se livrent plus facilement à nous car nous avons presque leur âge et nous n'avons pas la même place. J'ai tissé des liens avec des étudiants. Certains sont même devenus des amis. Néanmoins, il faut conserver une frontière entre nous et eux car il faut savoir exercer l'autorité. Dès le début, j'établissais clairement les limites. Et ça a été suffisant : en quatre ans de carrière, j'ai rarement eu besoin de crier.

Carrière

Mon poste de surveillant représente une période de ma vie que je ne regrette pas. Grâce à l'argent gagné, j'ai financé un voyage inoubliable aux pays des kangourous en Australie et je me suis acheté une voiture. Cependant, la lassitude a pris le dessus au bout de trois ans. Être "pion" est un pan de la vie, pas une carrière. Le travail est répétitif et se rendre tous les matins à 7 heures 40 au portail peut se révéler exténuant. De toute manière, le poste de surveillant est fait pour être passager : en France, on peut exercer cette fonction pendant six ans au maximum.

Recul

Mes années lycées se sont bien déroulées et j'en garde un bon souvenir. Retourner à Marie Madeleine Fourcade après l'obtention de mon baccalauréat et quelques années de maturité m'ont permis de prendre du recul sur mon cursus scolaire passé là-bas. Lorsque l'on travaille dans son lycée, on se retrouve de l'autre côté de la barrière, on voit les choses autrement et c'est intéressant. On découvre le vrai caractère des professeurs qu'on ne soupçonnait pas lorsque l'on était élève. Certains pianotent sur leurs téléphones lors des réunions et sont même plus bavards que les élèves ! Si c'était à refaire, je le referais sans hésiter.