La génération "slasheur", c'est quoi ?



Crédit photo : Grazia

Par obligation ou par goût, nombreux sont les étudiants ou les jeunes actifs qui cumulent les boulots. Multitâches, double cerveau ou encore double casquette, nombreuses sont les appellations pour décrire ces individus qui travaillent jusqu'à plus de soixante heures par semaine. Ils sont 4,5 millions en France selon Le Parisien et 64% d'entre eux seraient devenus pluri-actifs "par choix". La montée du numérique a en partie favorisé ce phénomène. Les job en ligne se prolifèrent, missions courtes ponctuelles ou sur la durée, depuis le domicile ou sur le terrain. Aujourd'hui, ils jonglent entre infirmière/prof de yoga, architecte/judoka ou encore cuisinier/mannequin/guitariste.

Souvent, les slasheurs ont le statut d'auto-entrepreneur. Un avantage pour les employeurs qui ne paient pas de charges : c'est l'employé qui les paie. Si vous cotisez à hauteur de 13,4% pour la vente de marchandises à 23,1% pour les activités libérales, il n'empêche que l'absence de contrat (vous facturez directement votre employeur chaque mois ou toutes les deux semaines) vous offre une certaine liberté. Ainsi, vous avez la possibilité de réduire ou augmenter votre activité en fonction de vos besoins ou obligations.

Ce phénomène est aussi visible chez les individus plus âgés. Mais pour eux, la prise de fonction d'une nouvelle activité survient souvent à l'approche de la retraite, comme une sorte de reconversion professionnelle pour bousculer les habitudes et la routine. Comme quoi, il n'y a pas d'âge pour devenir "workaholic".