Erasmus: Clément à Enna, en Sicile



Clément à Castelmola, en Sicile. Crédits photo : Clément pour Job Etudiant

Pourquoi participez-vous au programme Eramsus ?

Tous les élèves de ma filière sont obligés de partir un semestre en Erasmus au cours de leur deuxième année universitaire. Le fait de savoir que j'allais partir en Erasmus a ainsi été un élément primordial dans le choix de cette filière après le bac.

Racontez-nous les démarches pour partir.

Dans mon université, le procédé est très clair et ils ont été très réceptifs. Il a tout d'abord fallu choisir la ville dans laquelle on voulait passer notre semestre, constituer un dossier avec une lettre de motivation et un CV et attendre les réponses du coordinateur de l'université. Après avoir assisté à quelques réunions avec le service des relations internationales, j'ai rempli un contrat et choisi mes cours que je voulais suivre dans l'université étrangère.

Comment se sont passés vos premiers pas en Sicile ?

Je suis parti de Bordeaux le 18 février. J'ai préparé mon départ assez sereinement entre la fin des examens en France en décembre et le début de mon semestre Erasmus qui était mi-février. Se renseigner sur la ville et sur l'université n'était pas toujours évident. Heureusement, j'ai réussi à rentrer en contact avec des étudiants Erasmus français qui étaient sur place. En ce qui concerne le logement, ça n'a pas été très simple et j'ai passé quelques nuits en auberge de jeunesse à mon arrivé à Enna. Puis, par le biais des réseaux sociaux, j'ai réussi à trouver une collocation avec d'autres personnes du programme !

Comment se déroulent les cours ?

Je suis des cours de littérature française, de littérature anglaise, de sociologie des processus communicatif, et des cours renforcés d'italien pour les étudiants étrangers. Je suis tous mes cours dans l'université qui s'appelle « Universita di Kore ». Les heures varient toutes les semaines, mais j'ai en général une dizaine d'heures de cours par semaine. Ma matière préférée est la littérature française. Cela peut sembler bizarre mais le fait d'étudier la littérature française dans un autre pays permet de se rendre compte de la façon dont les étrangers étudient notre littérature et voient notre pays. Je trouve ça vraiment intéressant et ça permet de se rendre compte que l'on peut l'étudier différemment.

Quel moment a marqué votre séjour ?

A arrivée à Enna, j'ai décidé de faire le trajet qui sépare les deux villes en train. Sauf qu'en arrivant à la gare, je me suis rendu compte que le village était à 5 km en hauteur perché sur un rocher et qu'il n'y avait aucun bus et aucune voiture aux alentours. J'ai dû alors attendre plusieurs heures, seul, en plein soleil, avant qu'une voiture arrive et que je puisse gentiment lui demander de me monter en ville car je n'avais aucun moyen de le faire tout seul. Cette personne a accepté et m'a même déposé devant mon auberge de jeunesse en me donnant toutes les informations nécessaires. Cette anecdote reflète parfaitement la culture italienne et la gentillesse des Siciliens.

Quels conseils donneriez-vous à un étudiant qui souhaite participer au programme ?

Il faut ne pas avoir peur de choisir sa destination et de choisir avec les personnes avec qui ont part. J'étais seul et j'avais un peu d'appréhension, mais il suffit de s'ouvrir aux autres pour s'apercevoir que les gens sont formidables et que l'on fait des rencontres magnifiques. La barrière de la langue n'en est pas une vraiment une car on arrive toujours à se faire comprendre et à communiquer.

Selon vous, pour quelles raisons Erasmus est une expérience positive ?

Le fait que l'on rencontre d'autres gens venant de pays complètement différents et que l'on découvre une autre culture. Et surtout le fait d'être dépaysé. Il n'y a pas de mauvais point si ce n'est le fait qu'il faut se préparer à être loin de ses proches, de ses amis et changer ses habitudes pendant plusieurs mois. Mais aujourd'hui, avec les outils technologiques, on reste quand même très souvent en contact.