Erasmus : Estelle à Rotterdam, aux Pays-Bas



Crédits photo : De Rotterdam

Qu'est-ce qui vous a motivé à faire Eramsus ?

Etant dans une école de commerce très axée sur l'international, partir à l'étranger est obligatoire en 3e année. J'avais ciblé les pays d'Europe du Nord, à savoir la Suède, Finlande, Danemark, Pays-Bas. J'ai principalement choisi Rotterdam pour l'université : Rotterdam School of Management est réputée et très bien classée et je n'ai eu que des échos positifs concernant le pays.

Quelles étaient les démarches ?

Mon école en France et mon université d'accueil aux Pays-Bas sont partenaires donc les démarches étaient simples. Le critère le plus important était d'avoir un minimum de 90 au TOEFL iBT mais pour le reste, il suffisait de communiquer ses coordonnées, son CV, ses choix pour les cours, etc. L'école étant habituée à recevoir des étudiants internationaux, tout est très bien organisé : on peut transmettre le dossier directement par mail et le Service International nous donne toutes les infos nécessaires.

Comment avez-vous préparé votre départ ?

Pour moi, trouver le logement était le point le plus important. Je voulais m'éviter le stress d'arriver à Rotterdam et de devoir chercher à la dernière minute. L'université proposait des logements sur le campus et a nous recommandé plusieurs sites internet sécurisés de logements et colocations. J'ai trouvé mon logement fin mai sur la plateforme "Housing Anywhere". Je vis aujourd'hui dans un appartement en colocation avec deux Allemands, dans le très dynamique quartier étudiant de Kralingen. C'est parfait car je suis à seulement 8 minutes du centre-ville et 10 minutes de l'université en vélo !

Pour éviter les mauvaises surprises (et surtout les dépassements de budget !), j'ai souscrit à un forfait de téléphone valable dans toute l'Europe et à une mutuelle complémentaire pour couvrir les éventuels frais médicaux à l'étranger. J'ai aussi pris rendez-vous avec ma banque pour m'assurer que je n'aurais pas de frais supplémentaires avec ma carte de crédit.

Comment se sont passés les premiers pas sur place ?

A peine deux jours après mon arrivée, j'ai participé aux journées d'intégration de l'ESN (Erasmus Student Network) avec les autres étudiants en échange : c'est vraiment génial pour découvrir la ville, faire plein d'activités sympas pour pas très cher et surtout, c'est le meilleur moyen de faire des connaissances. D'ailleurs, c'est là-bas que j'ai rencontré tous mes amis !

Comment se passent les cours sur place ? Quelles sont les différences avec la France ?

Je suis seulement quatre matières, ce qui représente environ 13h de cours par semaine. Par contre, il y a énormément de travail personnel : articles académiques, livres à lire, préparation du cours, exercices, etc. C'est très différent de mon école en France où on va en cours de 8 heures à 17 heures en moyenne, mais où il y a beaucoup moins de travail personnel, à l'exception de quelques exercices et des révisions en période d'examens. Le système de notation est aussi différent : on est évalué sur 10 et pour valider la matière, il faut avoir un minimum de 5,5.



Estelle à Rotterdam

Est-ce simple de s'intégrer avec les natifs et les étrangers ?

C'est très simple car il y a beaucoup d'étrangers à l'université et plus particulièrement dans le programme International Business Administration que j'ai choisi. Comme je l'ai dit précédemment, on s'intègre aussi facilement avec les autres étudiants Erasmus lors des journées d'intégration. Les natifs sont aussi accueillants et ils parlent tous très bien anglais. C'est très pratique car on communique facilement dans les magasins, restaurants, gares, etc. Le néerlandais est en revanche une langue plutôt difficile !

Côté dépenses, combien dépensez-vous en moyenne ?

Le coût de la vie est un peu plus élevé qu’en France. Les loyers sont plus chers qu'à Rennes et il faut compter 520 euros pour une chambre dans la résidence sur le campus. Dans la ville, on trouve des chambres en colocation pour environ 450 euros. Pour faire les courses, les prix sont un peu plus élevés qu'en France, mais rien d'excessif non plus ! On trouve partout des supermarchés Albert Heijn, dont les prix sont abordables. Je trouve que la plus grosse différence de prix est sur la viande : c'est beaucoup plus cher ici. Alors je me rends dans un grand marché de la ville où je trouve du poisson et des légumes à bon prix !

Les transports en commun sont beaucoup plus chers qu'en France mais ce n'est pas si dérangeant, étant donné que la majorité des gens se déplacent à vélo... qui est par ailleurs l'un des premiers achats à faire quand on arrive aux Pays-Bas !

Que recommanderiez-vous à un étudiant qui souhaite partir ?

Ici, le vélo fait partie de la vie quotidienne et est quasi indispensable. Donc si vous ne savez pas faire de vélo, c'est vraiment préférable d'apprendre avant d'arriver ! Ensuite, je leur recommanderais de participer aux journées d'intégration afin de rencontrer du monde. Niveau logement il faut s'y prendre à l'avance car beaucoup d'étudiants atterrissent en auberge de jeunesse vers fin août/début septembre et peinent à trouver un appartement qui soit dans leur budget et proche de l'université.

Une dernière recommandation serait de bien s'informer sur les bourses auxquelles on est éligible quand on part à l'étranger ! Car, parfois, même les écoles ne sont pas au courant. Il y a la bourse Erasmus bien sûr, mais il existe aussi des aides à la mobilité internationale du CROUS et des bourses du Conseil Général ou Conseil Régional.

Quels sont les hauts et les bas de cette expérience ?

Je ne vois que des points positifs : Rotterdam est une ville accueillante dans laquelle on prend ses marques très vite. En peu de temps, j'ai déjà rencontré beaucoup de gens et me suis fait plein de nouveaux amis. Le fait qu'il y ait beaucoup d'étudiants Erasmus dans mon université est un énorme point positif car les gens sont généralement très ouverts d'esprit. De plus, c'est très intéressant car nous avons tous des parcours et des cultures différents.

Le seul hic ? Je ne m'attendais pas à devoir fournir autant de travail personnel, du moins pas dès les premières semaines ! Il faut trouver l'équilibre entre profiter de son expérience Erasmus, découvrir le pays... et ne pas perdre le fil du cursus.