Erasmus : Guillaume à Buje, en Croatie



Guillaume (à droite) et ses collègues. Crédits photo : Guillaume pour Job Etudiant

Pourquoi avez-vous décidé de partir en Erasmus ?

Etudiant en tourisme, je voulais participer au programme afin d'améliorer mon anglais, apprendre une autre langue et tout simplement voyager. J'ai fait des recherches sur internet afin de me renseigner sur les possibilités que propose Erasmus et je suis tombé sur le Service Volontaire Européen (SVE). J'ai consulté un organisme français qui m'a parlé d'un projet socioculturel d'un an en Croatie lors duquel je pouvais apprendre deux langues étrangères, à savoir l'italien et le croate. Le concept m'a tout de suite plu, même si la différence avec le "programme d'échange basique" est qu'il n'y a pas de cours à l'université et que ça se base sur le volontariat.

Quel était votre projet ?

Je travaillais dans un centre pour personnes handicapées à raison de trois fois par semaines. Les deux autres jours, je donnais un coup de main à mon mentor pour une start-up. A côté de ça, je préparais mes cours de français et je me rendais parfois dans les lycées pour promouvoir le SVE. Je tiens néanmoins à préciser aux étudiants qu'il est possible de se lancer dans un projet dans d'autres milieux tels que le sport ou l'événementiel.

Comment se sont passés les premiers pas sur place ?

Après être entré en contact avec les homologues croates, il n'a fallu que 3 semaines pour que ma candidature soit approuvée... alors qu'il faut en moyenne six mois ! Les premières semaines étaient assez compliquées. Je n'ai pas un très bon niveau d'anglais et j'avais ainsi du mal à communiquer, bien que je comprenais mes interlocuteurs. Le premier mois, j'ai suivi des cours de croate et d'italien et je me suis rapidement amélioré.

Où viviez-vous ?

Je résidais dans une maison avec 3 autres volontaires originaires de la Macédoine, du Monténégro et de l'Italie. Je suis parvenu à très facilement m'intégrer, quoique la culture croate est très différente. Néanmoins, la vie en colocation était assez pesante vers le fin : deux de mes colocataires parlaient la même langue et restaient souvent entre eux et j'étais le seul à m'occuper des tâches ménagères.



Guillaume (à gauche) aux côtés des personnes qu'il encadrait. Crédits photo : Guillaume pour Job Etudiant

Quel était le coût de la vie en Croatie ?

Ma gratification de 263 euros par mois me suffisait amplement. En Croatie, la vie est très abordable : j'avais en moyenne 140 euros de dépenses courantes, sans compter le loyer payé comme convenu par l'association pour les jeunes en SVE.

Quels sont les hauts et les bas de votre expérience ?

Erasmus est incroyable mais tout n'est pas rose : la famille et nos proches nous manquent terriblement. Je ne suis rentré qu'une seule fois à Noël en l'espace de douze mois. Cependant, cela m'a permis d'améliorer mon niveau d'anglais et de rencontrer des gens issus de toute l'Europe qui sont ensuite devenus des amis. Je recommande à tous les étudiants de partir : cela nous permet de sortir de notre zone de confort, de s'ouvrir au monde et (si vous suivez le même schéma que moi) de tester la vie en colocation !

Pour en savoir plus sur le programme Erasmus + SVE, cliquez ici

Twitter : @jobetudiant - @melaniefaure - @guillaumedu25