Erasmus : Julien à Thessalonique, en Grèce



Crédits photo : Julien pour Job Etudiant

Pourquoi Erasmus ?

Je suis parti car j'arrivais au terme de mes études. A l'époque, j'étais en deuxième année de magistère en droit des TIC à Poitiers. Mon cursus m'offrait la possibilité de partir et j'ai participé à l'échange entre le M1 et le M2. Ainsi, j'ai pris il y a deux ans la décision de prendre une année afin de voyager, rencontrer des gens et faire ce que j'avais envie de faire avant de commencer réellement ma vie d'adulte et de rentrer dans le monde du travail. Avec le recul, je peux aujourd'hui affirmer sans hésitation que c'était la plus belle année de ma vie.

Quels pays aviez-vous sélectionnés ?

Je ne voulais pas partir dans un pays anglophone. A partir de là, je n'avais plus que deux options : Budapest et Thessalonique. Une amie à moi était déjà partie à Thessalonique et m'en avait dit tellement dit du bien que je l'ai mis en premier choix. Ca s'est révélé être l'une des meilleures décisions de ma vie.



Crédits photo : Julien pour Job Etudiant

Comment avez-vous préparé votre départ ?

J'ai tout d'abord entrepris les démarches administratives, LE gros point négatif d'Erasmus. Ca prend un temps fou et on ne comprend pas l'utilité de certains documents. Mon départ n'a pas été vraiment préparé. Bien sûr, j'avais fait quelques recherches sur la ville, j'avais acheté le guide du routard, réservé une auberge de jeunesse, etc. Mais vu qu'on ne sait pas à quoi s'attendre, on ne peut pas réellement préparer une telle aventure. Niveau logement, j'ai trouvé mon premier appartement grâce à une agence immobilière spécialisée dans les offres Erasmus. Le deuxième a été trouvé grâce à un site d'offre internet et le bouche à oreille.

Comment se sont passés vos premiers pas sur place ?

C'était assez mouvementé. Il fallait chercher un appartement, se faire connaître à la fac, découvrir la ville, signer un contrat EDF. En même temps, on rencontre plein de gens dans l'auberge de jeunesse, on fait nos premières soirées, fait face à nos premières gueules de bois. .a première semaine est assez intense, comme le reste de l'expérience au final. Au niveau de la langue, je me suis tout de suite adapté car tout le monde parle anglais en Grèce.



Crédits photo : Julien pour Job Etudiant

Vous êtes-vous intégré facilement ?

Les rencontres se font vraiment facilement. Dès l'auberge de jeunesse, les premières amitiés se sont créées. Une fois que tout le monde est installé dans un appartement, chacun fait des rencontres et tout le monde finit par se rencontrer dans le diverses crémaillères ou retrouvailles au "bar Erasmus". A côté de ça, il existe l'association ESN qui organise des rencontres, des soirées, des jeux et des voyages époustouflants. Les rencontres se font toutes naturellement, alors il est quasiment impossible de se retrouver seul !

Quels sont les inconvénients d'Erasmus ?

Honnêtement, je n'en vois aucun. Tout ce qui s'est passé est gravé avec une ambiance tellement indescriptible dans ma tête que j'en oublie même les mauvais côtés.



Crédits photo : Julien pour Job Etudiant

Que recommanderiez-vous à un étudiant qui souhaite partir en Erasmus ?

De foncer. Je m'étais aussi posé beaucoup de questions avant de partir. 'Est-ce que je suis fait pour ça ? Est-ce que je vais réussir à me faire des amis? Est-ce que je vais vraiment être bien ou Est-ce que je vais être le seul être au monde qui n'aura pas aimé son Erasmus ?' Tout ce que je peux conseiller c'est juste de foncer. Ne vous retournez pas et profitez pleinement, à 100%, de ce qu'on vous offre sur place. Ne dormez pas s'il le faut... parce que le retour à la réalité est rude !

Twitter : @jobetudiant - @melaniefaure