Job en boîte de nuit : organisateur de soirées en Suisse



Kevin au Portugal; Crédits photo : Kevin pour Job Etudiant

J'ai décidé de bosser dans le milieu de la nuit car c'est pour moi le combo idéal entre amusement et travail ! Étonnamment, je n'ai pas postulé : c'est le patron de l'établissement Kiss Club à Lausanne qui est venu me chercher parce que je lui faisais un peu de publicité. Il m'a demandé de me charger de l'organisation des événements et j'ai accepté de me lancer dans l'aventure. J'ai signé mon contrat au terme de ma toute première soirée sous le statut d'indépendant. Mes tâches ? J'élabore le concept de la soirée, la partie artistique, l'animation (DJ, artistes, etc.) et j'assure la promotion.

Je faisais souvent appel aux mêmes DJ lorsqu'ils étaient disponibles. Après avoir convenu d'une date avec le Kiss, on élabore les flyers avec un free-lance basé aux Etats Unis. Ensuite, on lançait la promo sur les réseaux sociaux et on imprimait les flyers entre 5000 et 10.000 exemplaires. Je fais appel à d'autres étudiants pour distribuer les flyers, même si le plus gros de la promo se fait surtout en ligne : c'est clairement notre moyen de communication le plus efficace. Le jour J, les gens passaient les portes de l'établissement et il n'y avait qu'à laisser la magie opérer !



Kevin à Barcelone; Crédits photo : Kevin pour Job Etudiant

De nombreux avantages

Si tout était à mes frais, je gagnais de l'argent grâce au gros pourcentage que je touchais sur les entrées, à savoir 50% des 20 francs suisses que coûte un billet. Autres avantages : j'ai droit à une guest list illimitée, même sur les soirées que je n'organise pas et j'ai accès à l'alcool gratuitement. Être organisateur de soirées ne m'a pas empêché de poursuivre mes études pour obtenir mon certificat fédéral de capacité (CFC), un diplôme suisse. Si j'adore travailler en boîte car j'aime le contact humain et être entouré de monde, je dois avouer qu'il faut tout de même se méfier des accords passés avec certains patrons de boîte véreux.

Je pense qu'il est indispensable d'aimer le monde de la nuit pour travailler en boîte. Si vous avez du mal avec la musique, les gens qui ont trop bu, et les heures de fermeture tardives... ce job étudiant n'est sûrement pas fait pour vous !

Twitter : @JobEtudiant - @_MelanieFaure - @Kevin_DoVale