Erasmus : Miryam à Mannheim, en Allemagne

Manneheim
Miryam. Crédits photo : Miryam pour Job Etudiant

Pourquoi vouliez-vous partir en Erasmus ?

J’ai toujours voulu faire un échange, et surtout en Allemagne, depuis le collège. C'était d'ailleurs ma principale motivation durant mes études !

Quelles villes aviez vous sélectionnées ?

J’ai choisi Berlin, Mannheim et Weimar, qui avaient un accord avec mon université.

Comment se sont déroulées les démarches ?

Bien : il suffit de s'organiser. J'ai dû choisir un dossier de candidature avec diverses informations, un test d’allemand, et surtout des lettres de motivation en Français et en Allemand. Quatre mois plus tard, j’ai reçu la réponse qui m'annonçait que mon second choix avait été accepté.

Manneheim
La ville de Mannheim. Crédits photo : Miryam pour Job Etudiant

Comment avez-vous préparé votre départ ?

Essentiellement en faisant des économies ! Ca m’a beaucoup aidé au début de mon séjour. Ça permet de se sentir un peu à l’aise financièrement et de s’installer en toute tranquillité. Sur place, j'ai déniché une chambre pour 260 euros par mois pour 15 m2, que j'ai toutefois dû meubler.

Comment se sont passés les premiers pas sur place ?

Ce fut très très stressant, surtout les trois premières semaines. J’arrivais dans une ville que je ne connaissais pas très bien. Et ma colocataire n’était pas du tout sympa, ce qui ne m’a pas aidé. Il y avait beaucoup de choses à organiser au niveau administratif pour s’installer dans le pays : j'ai dû faire l’Anmeldung, l’enregistrement auprès de la mairie, et rendre des papiers pour l’université.

Manneheim
Une salle de cours. Crédits photo : Miryam pour Job Etudiant

Comment se passent les cours sur place ? Quelles sont les différences avec la France ?

J’avais environ 8 cours par semaine. Ce qui est super pendant un Erasmus c’est qu’il est possible de choisir les cours que l’on veut : cours magistraux ou séminaires pourvu qu’ils aient un rapport avec le diplôme que l’on prépare. Les différences ont les retrouvent surtout dans les séminaires qui sont l’équivalent des TD en France. Ils sont beaucoup plus petits. Le cours peut parfois contenir 8 étudiants voir moins ... Ce qui est absolument génial quand on a des TD en France de 40 étudiants. La différence réside aussi dans la relation étudiants-enseignants. En Allemagne, on tutoie l’enseignant, on a une relation très privilégiée. Ce qui vraiment super puisque cela permet d’être à l’aise, on peut ainsi poser pleins de questions. Il y a un réel échange.

Est-ce simple de s'intégrer avec les natifs et les étrangers ?

Avec les Allemands, c'est parfois assez compliqué. Mais une chose est certaine : si ça fonctionne, ces amitiés dureront très longtemps ! Avec les étrangers, les liens peuvent être superficiels. De mon côté, je garde surtout contact avec des Allemands et quelques amis Espagnols et Norvégiens.

Manneheim
La ville de Mannheim la nuit. Crédits photo : Miryam pour Job Etudiant

Le coût de la vie est-il élevé ?

À Mannheim et en Allemagne de façon générale non : je dépensais en moyenne 600 euros par mois. Le plus cher, c'était le loyer.

Que recommanderiez-vous à un étudiant qui souhaite partir ? A quoi doit-il s'attendre ?

Il faut être soi-même. Ne pas se forcer à faire ce que l’on n'a pas envie de faire juste pour rentrer dans le moule. Deuxième conseil : ne pas céder à la facilité en ne parlant qu'en langue anglaise. Sinon, il est impossible de progresser dans la langue du pays. Attendez-vous également aussi à quelques différences culturelles, que ce soit avec les gens ou à l’université.

Quels sont les hauts et les bas de votre Erasmus ?

La seul aspect négatif était la vie en colocation avec une personne avec laquelle on ne s’entend pas. Sinon, mon séjour s'est déroulé exactement comme je le voulais.