Ces étudiants qui ont gagné un procès contre Donald Trump

@jobetudiant

La justice valide l'accord à l'amiable entre l’université fondée par le président américain Donald Trump et plus de 4000 ex-étudiants plaintifs. En mai 2016, d'anciens étudiants avaient lancé deux actions en nom collectif et porté plainte contre l'école, qu'ils accusaient de ne pas avoir tenu ses promesses en dépit des d’inscription allant jusqu’à la somme de 35.000 dollars. Un prix jugé disproportionné au regard du contenu des séminaires dispensés par la Trump University, entreprise à but lucratif. Une cour d’appel fédérale américaine a confirmé l’accord à l’amiable validé par un tribunal californien il y a près d’un an.

"Nous concluons aisément que le tribunal de première instance a exercé comme il se doit son droit de décision" et a "pris en compte les risques, dépenses, la complexité et la durée de poursuites plus longues", a argumenté la cour d’appel du 9ème circuit de San Francisco. Donald Trump avait annoncé le 18 novembre avoir accepté un accord avec des anciens étudiants de l’ex-"Trump University", qu’il avait créée en 2004. Pour échapper au procès, il s'était engagé à verser 25 millions de dollars d’indemnités à ces plaignants, et à payer 1 million de dollars d’amende pour avoir enfreint les lois sur l’éducation.

Des professeurs "non qualifiés"

Les étudiants-plaignants auraient "fait face à des obstacles importants" lors d’un nouveau procès. La principale difficulté ? Tenter de "l’emporter avec un jury contre le président" américain, a précisé la cour d’appel, qui estime que l’accord est "juste dans l’ensemble". Une seule étudiante avait affiché son opposition. Il s'agit de Sherri Brown, qui demandait le droit d’engager des poursuites séparément. "La cour d’appel a été unanime et sans équivoque en maintenant le jugement de première instance et l’approbation du règlement amiable, et nous ne pensons pas que Mme Simpson a d’autres options légitimes pour retarder plus encore l’indemnisation des milliers de membres de la plainte en nom collectif", a conclu la cour d’appel.

D'anciens employés avaient qualifié l’'Université Trump" de "mensonge total" et avaient reconnu que les formations étaient dispensées par des gens "non qualifiés qui se faisaient passer pour 'des bras droits' de Donald Trump". Les étudiants, eux, crient à l'escroquerie. "Dès le premier séminaire, je me suis rendu compte que c’était bidon, parce qu’ils essayaient de me vendre un autre programme pour 9000 dollars", avait expliqué Robert Guillo, l'un des plaignants.

Source : Le Monde
Twitter : @jobetudiant - @melaniefaure