Roland-Garros : ramasseur de balles, arbitre... les jobs aux Internationaux de tennis

@jobetudiant
Un ramasseur de balles; Crédits photo : Assia Hamdi

Devenir ramasseur de balles

Ils sont sur les côtés du terrain, accroupis et prêts à bondir pour rattraper la balle... Les "ballkid", comme on les appelle en anglais, sont 220 à Roland-Garros. Pour être éligible, ils doivent être nés entre 2003 et 2006, et participer à une journée de formation. La journée se compose d'une série d'épreuves techniques avec roulé, du lancé et de la coordination. Les épreuves physiques consistent à faire de la résistance, de l'endurance et de la vitesse. Deuxième étape ? Un stage de formation, lors duquel les 450 candidats retenus apprennent à ramasser les balles.

Pendant cinq jours des vacances scolaires, les candidats sont formés aux techniques du ramassage et aux exigences d’un tournoi du Grand Chelem comme Roland-Garros. Au final, seuls les 220 meilleurs seront retenus pour œuvrer sur les Internationaux de France. Les enfants formés au ramassage qui n’auraient pas été sélectionnés peuvent tout de même présenter leur candidature dans les nombreuses autres épreuves organisées en France, mais ne pourront plus se représenter aux sélections.

@jobetudiant
Un arbitre à Roland-Garros; Crédits photo : RFI

L'arbitrage au poste de juge de ligne

Pour postuler à l’arbitrage de Roland Garros 2018, les candidats doivent être âgés de 18 ans à 65 ans. En tout, ils sont 270 sur une édition du tournoi, avec les 35 arbitres de chaise. Pour y prétendre, ils doivent suivre une formation d'arbitre A1. Les juges de ligne sont 9 sur les grands courts et 7 sur les annexes. La grande majorité sont des hommes, au grand dam de la Fédération de tennis française. Le candidat devra aussi arbitrer une partie officielle en présence d’un formateur. Chaque arbitre doit être disponible pour chaque journée de travail jusqu’à son terme, pour la journée entière. Enfin, à noter que les qualifications sont optionnelles pour les anciens arbitres mais obligatoires pour les "nouveaux".

Twitter : @jobetudiant - @melaniefaure