Vincent, commis de bar du Baou à Marseille

JobEtudiant

Il est 18 heures, mais le soleil est encore brûlant à Marseille. Nous sommes dans le quartier de La Viste, dans les quartiers nord de la ville. Vincent prend place face à nous, intimidé. "J'ai entendu les questions que vous avez posé à Lily", nous lance-t-il. A 22 ans, Vincent rêve de devenir arbitre aux quatre coins du monde. Pour financer ses études en Master 1 à la fac d'économie et de droit d'Aix-en-Provence, il travaille les étés. Après avoir travaillé au Mamma Shelter, c'est sur le Baou qu'il a jeté son dévolu. Ce bar en plein air, installé en-dessous de Grand Littoral, offre une vue imprenable sur la cité phocéenne et la Mer Méditerranée, l'horizon à perte de vue. "J'ai postulé directement auprès d'Audrey, co-fondatrice du Baou. Je lui ai fait part de mes motivations et elle m'a engagée. J'ai suivi une formation de quelques heures au poste de commis de bar et j'ai appris sur le tas. Les personnes que vous voyez déambuler à travers la foule, un bracelet fluo au bras, c'est nous !"

Un travail qui n'est pas de tout repos. Vincent arrive à 18 heures et termine à 3 heures du matin, le temps de tout nettoyer. C'est lui qui assiste le chef du bar, en approvisionnant les espaces en boissons et en verres régulièrement. "Ce boulot, je l'ai appris sur le tas, avec la pratique. C'est assez sportif, je marche entre 10 et 15 kilomètres par soirée. Lorsqu'il y a du monde, je passe même le cap des 20 km !" Et si Vincent sait que les commis sont *"au bas de l'échelle", il tient à s'investir pour le Baou. "La direction nous écoute, et c'est très appréciable, soutient-il. A la réouverture en juillet, j'ai fait des propositions pour que l'on soit plus efficaces, et cela a été pris en compte."*

Un bon cardio et de la diplomatie

Les bons et mauvais côtés du poste de commis de bar ? "Il faut porter le masque, et ce n'est pas très agréable avec la chaleur quand l'on cout partout !, s'exclame-t-il. "Les avantages ? J'adore l'équipe du Baou, nous sommes devenus amis et nous nous côtoyons en dehors du travail, pour une partie de football ou une virée à la plage. Et puis, il faut dire que le salaire est supérieur au Smic, ce qui représente un bon salaire à la fin du mois !" Ses conseils pour relever le défi de commis de bar ? "Avoir un bon cardio, ne pas trop réfléchir et être diplomate !"

Et cet argent est indispensable à Vincent, qui financera ses études à Aix-en-Provence à la rentrée prochaine. "Je sais que mes parents sont là, mais je cherche à être autonome au maximum !" Mais avant de reprendre le chemin des études, Vincent renfile son T-shirt beige et se faufile vers le bar, pour une nouvelle soirée placée sous le signe de la fête sous le soleil de Marseille.

Réseaux sociaux : Facebook de Job Etudiant - Twitter : @jobetudiant - @melaniefaure