Les clés pour devenir son propre employeur !



Crédit photo : Adles

1. REDIGER LES STATUS

Pour monter votre entreprise, vous devez remplir des papiers et payer la somme de 250 euros. Les statuts sont un ensemble de textes qui permettent d’encadrer la relation entre les associés d’une société. Les statuts définissent les droits et les devoirs de chacun des associés, et fixent les règles de fonctionnement de la société. Vous préférez travailler seul : optez pour l'entreprise individuelle ou l'EURL (entreprise unipersonnelle à responsabilité limité). L'entreprise individuelle engage le commerçant a lier son patrimoine personnel à celui de l'entreprise. Offrant de nombreuses libertés, vous n'avez pas à rendre compte de votre gestion. C'est l'inverse pour l'EURL : votre patrimoine est dissocié de celui de l'entreprise. La SARL (Société à Responsabilité Limitée) est néanmoins le statut juridique le plus utilisé pour les sociétés. Surnommée "passe-partout", elle peut s'adapter à de nombreuses situations.

2. DEPÔT DE FONDS

Vous déposez ensuite vos fonds dans le compte bancaire de la société. Ils sont bloqués jusqu'à l'immatriculation de votre entreprise et l'obtention de l'extrait de Kbis. Lorsque votre entreprise est créée, vous devez communiquez une liste d'informations aux journal d'annonces légales de votre région. Cette étape est primordiale et représente l'acte de naissance. Le montant minimum du capital social est de : 1 euro pour une SARL, SASU et EURL; 37 000 euros pour une société anonyme (SA). Le versement peut se faire par versement échelonnés d'une valeur minimale de 20 % pour une SARL.

3. DEPÔT DU DOSSIER

La dernière étape est de constituer les formalités de création. Les formalités de création d'entreprise ont été considérablement simplifiées grâce à la mise en place des des Centres de formalités des entreprises (CFE). Vous y déposez plusieurs documents : les statuts; l'attestation de dépôt des fonds; l'attestation d'annonce légale. Le CFE va centraliser les pièces de votre dossier et les transmettre, après avoir effectué un contrôle formel, aux différents organismes et administrations intéressés par la création de votre entreprise (services fiscaux, RSI, Urssaf, greffe du tribunal de commerce, etc.).

Source : My Business Plan