Erasmus : Nicolas à Grenade, en Espagne



Nicolas au mirador San Nicolás en Espagne.

Tout d'abord, pourquoi avoir fait Erasmus ?

L'envie de découverte et la curiosité ont été les principaux moteurs. J'avais envie de découvre une autre culture, voyager et sortir de ma « zone de confort », me confronter à l'inconnu. Je voulais pouvoir appliquer les langues que j'avais apprises durant ma scolarité et progresser. Puis Erasmus est assez médiatisé, on en parle beaucoup entre étudiant et cela peut permettre une meilleur insertion professionnelle. Les employeurs ont en général une bonne image de Erasmus puisque cela démontre une ouverture d’esprit.

Quels pays convoitiez-vous ?

L'Espagne seulement, car c'était ma LV2 et que le pays m'attirait par son cadre de vie sympathique.

Quelles ont été les démarches ?

La faculté nous a plutôt bien dirigés du point de vue administratif et universitaire. Il n'y a pas beaucoup de paperasse à remplir puisque Erasmus est un programme entrant dans le cadre de l'Union européenne. J'ai également pris contact avec un étudiant de ma faculté qui avait fait son Erasmus à Grenade l'année précédente pour avoir des informations sur son expérience et la ville.

Comment se sont passés vos premiers pas sur place ?

Grande aventure pour moi puisque c'était la première fois que je m'envolais en avion ! J'avais réservé une auberge de jeunesse pour 5 jours, le temps de trouver un logement. J'ai rencontré une de mes futures colocataires, une allemande, dans l'auberge de jeunesse. J'avais également pris contact avec les 3 étudiants de ma faculté qui venait en Erasmus à Grenade. Elles étaient déjà installé depuis une semaine et m'ont un peu aidé pour trouver le logement, ce fut une très bonne rencontre. Aujourd'hui, je vis dans une colocation avec 5 personnes de nationalités différentes et je paye mon loyer 220 euros par mois.

Ensuite, les organisations Erasmus proposaient une semaine « d'intégration » avant le début des cours. Il est proposé de nombreuses activités, sorties, soirées. C'est un bon moyen de faire ses premières rencontres. Il n'est pas simple de rencontrer des natifs d'Espagne. J'ai ressenti qu'il y avait une barrière entre les Erasmus et les espagnols. Il y a d'un côté les espagnols et de l'autre les Erasmus, mais les deux groupes se mélangent peu.

Expliquez-nous comment se déroule l'enseignement sur place.

Je suis des cours de macroéconomie, microéconomie, économétrie, économie de l'Union européenne et des organisations internationales, de gestion internationale et d'analyse financière ainsi que d'anglais car je ne veux pas trop régresser. Tous mes cours sont bien évidemment en espagnol. La différence avec la France est qu'il y a moins d'heure de cours (20h/semaine) mais avec plus de travail personnel. Il y a moins de matières mais elles sont plus approfondies qu'en France. Les cours en amphithéâtre n'existent pas. Les espagnols sont dans des classes d'une cinquantaine d'élèves. Les cours sont plus interactifs de ce fait, il est donné plus de place à l'opinion et à la parole de l'élève.

Racontez-nous des anecdotes sur votre séjour.

Lors d'un voyage organisé à Lisbonne par une organisation Erasmus, deux autres personnes et moi avons mis le car en retard d'une heure. Nous visitions un magnifique jardin et nous nous sommes trompés sur l'horaire auquel nous devions rejoindre le groupe ! Le staff de l'organisation Erasmus n'était pas très content. Le point positif de ce retard est que les 2 personnes qui étaient avec moi à ce moment-là sont devenues de très bons amis par la suite !

La deuxième anecdote remonte à la fois ou j'ai parlé à une française en espagnol pendant 10 minutes avant que nous nous rendions compte que nous étions français ! C'est à ce moment que je me suis dit que je perdais mon accent français quand je parlais espagnol. Ça fait plaisir de constater le progrès !

Que recommanderiez-vous à un étudiant qui souhaite partir ?

De bien se préparer et s'organiser et d'avoir le maximum d'informations sur la ville, l'université, les organisations Erasmus comme ESN. S'attendre à beaucoup d'imprévu, être ouvert aux autres, s'attendre à un choc culturel dans certains pays, etc.

Quels sont les avantages et les inconvénients du programme Erasmus ?

Pour ma part, il y a eu beaucoup plus d'avantage que d'inconvénient. Erasmus est avant tout une expérience sociale. J'ai rencontré tellement de gens d'univers différents, de pays, voire de continents différents. On partage nos expériences, nos coutumes et traditions, on crée des amitiés malgré les différences culturelles et accepte les différences des autres. On apprend à vivre dans une mixité culturelle et c'est ça l'ouverture d'esprit. Erasmus est un programme de l'UE et est en complet accord avec une des idées principales de l'UE : « vivre unis dans la diversité ». L'expérience Erasmus aide à prendre confiance en soi. Je suis arrivé seul à Grenade sans connaître qui que ce soit. J'ai dû me débrouiller pour trouver un logement, rencontrer de nouvelles personnes, découvrir la ville, comprendre comment fonctionnait ma nouvelle université. Le tout dans un langue que je ne maitrisais en fin de compte pas très bien.

Du point de vue scolaire, c'est très enrichissant. On suit des cours dans un système universitaire différent avec des méthodes, une façon de travailler et de voir les choses un peu différemment de celui français. L'un des inconvénients est d'être loin de sa famille, des ses amis et dans certains cas loin de son partenaire. On sait qu'avec la distance on peut perdre des amitiés. Pour ma part je trouve dur de maintenir les contacts : ça demande du temps et j'ai envie de profiter de l’endroit et des amis rencontrés en Erasmus.

Est-ce que vous aviez un job étudiant sur place pour financer le coût de la vie courante ?

Non, j'ai juste fait un job d'été pendant deux mois avant, ce qui m'a financé une petite partie de mon Erasmus. Tous les étudiants Erasmus en Espagne reçoivent au moins 220 euros de "bourse Erasmus" par mois. Mes parents financent le reste.